Vexilla_Regis_(Italia_anno_MCDX)Crux Sacra Sit Mihi Lux † Que la Croix Sacrée soit ma Lumière
Non Draco Sit Mihi Dux † Que le dragon ne soit pas mon chef
Vade Retro Satana † Arrière Satan
Nunquam Suade Mihi Vana † Ne me conseille jamais tes vanités
Sunt Mala Quae Libas † Tes breuvages sont mauvais
Ipse Venena Bibas † Avale ton propre venin


Le 12 mars 1742 l’Église approuve officiellement une médaille déjà très largement répandue et vénérée en raison des prodiges innombrables qu’elle a opérés depuis plus de 300 ans… On la retrouve également incrustée dans le « crucifix réglementaire » utilisé par les prêtres exorcistes de l’Église Catholique.

La médaille de Saint Benoît soustrait à l’influence des maléfices et autres opérations diaboliques et se révèle un préservatif merveilleux contre les tentations.

Bref de quoi agacer le diable…


Que nous raconte cette médaille ?

StBen2Elle représente Saint Benoît tenant de la main droite la croix comme une arme de défense et de l’autre un livre.

À sa droite un oiseau, en son bec un bout de pain et sur sa gauche une coupe brisée dont s’échappe un serpent.

Ces deux images évoquent deux moments de la vie de Saint Benoît qui ont été racontés dans le deuxième livre des Dialogues de Saint Grégoire Le Grand :

L’oiseau est un corbeau qui mourut après avoir chipé un morceau de pain empoisonné que les pères s’apprêtaient à consommer.

La coupe au serpent représente un miracle de Saint Benoît : faisant le signe de croix sur du vin empoisonné qu’on lui apportait, la coupe se brisa.

L’inscription latine qui entoure l’image du saint : « Eius in obitu nro praesentia muniamur » signifie « Dans notre mort, que nous soyons secourus par Sa présence ».

Ça ne doit pas aider Satan à entraîner les âmes en enfer…


StBen1Au sujet du revers de la médaille : Dom Prosper Guéranger précise pour IHS* : « Autour de la médaille se trouve une plus longue inscription qui présente d’abord le saint nom de Jésus , exprimé par le monogramme ordinaire : IHS 
La foi et l’expérience nous enseignent assez la toute-puissance de ce Nom divin« 
 et « PAX » devise de l’Ordre Bénédictin est en bas de la médaille.

CSPB : Crux Sancti Patris Benedicti († du St Père Benoît)
CSSML : Crux Sacra Sit Mihi Lux
NDSMD : Non Draco Sit Mihi Dux
SMQLIVB : Sunt Mala Quae Libas, Ipse Venena Bibas
VRSNSMV : Vade Retro Satana, Numquam Suade Mihi Vana


DES SORCIERES CONTRÉES PAR LA CROIX La découverte de la signification des signes et abréviations de la médaille remonte à 1647 à la suite d’un événement abracadabrantesque. À cette époque, l’art de la magie était si répandu en Allemagne, qu’il compromettait la sécurité des habitants. On mit en prison une bande de nécromanciennes bavaroises. Interrogées, elles déclarent que leurs sortilèges sont toujours restés vains aux endroits où se trouve la Sainte Croix. Elles racontent qu’elles n’arrivent jamais à atteindre de leurs maléfices un monastère à Metten.

On mène une enquête en cette abbaye aux murs recouverts de croix aux initiales mystérieuses. Le monastère de Metten était-il protégé en raison de ces croix et des inscriptions qu’elles renfermaient ? Les abréviations restant encore absconses les investigations se poursuivirent jusque dans la bibliothèque du monastère où un manuscrit écrit en 1415 est découvert. Saint Benoît y figure avec dans la main droite une crosse terminée d’une croix et un parchemin dans la main gauche.

Sur la crosse :
CRUX SACRA SIT M LUX N DRACO SIT MIHI DUX

Sur le parchemin :
VADE RETRO SATANA NUQ SUADE M VANA
SUNT MALA QUAE LIBAS IPSE VENENA BIBAS

Ce document révélait le sens caché des lettres apposées sur les croix de l’abbaye.


TOUR DE PAX-PAX :

Il n’existe pratiquement plus de médailles de Saint Benoît où subsiste la mention IHS …
Q1 : On a renoncé à l’aide que procure l’invocation du nom de Jésus pour combattre le Mal ?
Q2 : On a oublié le sens de Ses paroles : En mon Nom vous chasserez les démons ?
Q3 : On veut boxer Satan à mains nues ?
À qui profite le crime ?pax-pax

Les βénédictins du Mont-Cassin ont, et de leur propre initiative, remplacé l’épée à double tranchant de Saint Benoît par des balles en gomme arabique dès l’an 1880 pour célébrer dignement les 1400 ans de la naissance du fondateur de leur ordre!!! Trop facile pour Satan maintenant…

Cette balle de guimauve a pour nom ‘médaille du jubilé’. Inutile de préciser lequel jubile le plus…

* JHS est l’abréviation latine du mot grec IHSous : Jésus
Hommage au fabricant (Dieu le bénisse) de la plus efficace des médailles de Saint Benoît : celle qui terrasse le démon par IHS !

Vexilla_Regis_(Italia_anno_MCDX)Vexilla Regis : hymne chanté par l’armée catholique royale avant les batailles des guerres de Vendée.
Rexilla : cette forme contractée de Vexilla Regis marque notre allégeance à la Ste † de Jésus-Christ notre seul vrai Roi sur terre comme au ciel et surtout pas à la fleur flétrie de monarques qui se sont oubliés avec tant de délectation dans le lucre et le stupre à Versailles comme partout où ils ont pu trahir leur rang, leur mission, leur peuple… Ce qui vaut pour eux vaut hélas pour leurs branches, rejets et bourgeons flétris.

Vexílla Regis pródeunt,
Fulget Crucis mystérium:
Quo carne carnis cónditor,
Suspénsus est patíbulo.

Quo vulnerátus ínsuper
Mucróne diro lánceæ,
Ut nos laváret crímine,
Manávit unda et sánguine.

Impléta sunt quæ cóncinit
David fidéli cármine,
Dicens: In natiónibus
Regnávit a ligno Deus.

Arbor decóra, et fúlgida,
Ornáta Regis púrpura,
Elécta digno stípite,
Tam sancta membra tángere.

Beáta, cujus bráchiis
Sæcli pepéndit prétium,
Statéra facta córporis,
Prædámque tulit tártari.

O Crux ave, spes unica,
Hoc Passiónis témpore,
Auge piis justítiam,
Reísque dona véniam.

Te summa Deus Trínitas,
Colláudet omnis spíritus:
Quos per Crucis mystérium
Salvas, rege per sæcula.

Amen